Espace pour la vie annonce la grande réouverture de la Biosphère de Montréal

Cet après-midi, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé la réouverture de la Biosphère au grand public dès demain, le 13 août. Pour célébrer l’événement et souligner l’arrivée de la Biosphère au sein d’Espace pour la vie, l’accès au musée sera gratuit durant les trois premiers jours, du 13 au 15 août.

Cet après-midi, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé la réouverture de la Biosphère au grand public dès demain, le 13 août. Pour célébrer l’événement et souligner l’arrivée de la Biosphère au sein d’Espace pour la vie, l’accès au musée sera gratuit durant les trois premiers jours, du 13 au 15 août (réservation obligatoire en ligne). De plus, pour la soirée du 13 août, un nombre limité de billets gratuits sera émis pour l’événement Utopia. Une expérience ludique et inspirante, réservée à une clientèle adulte branchée sur les enjeux environnementaux. Autant d’expériences qui sauront donner de l’élan à l’écocitoyen.ne en chacun.e de nous !

« En tant que musée entièrement consacré aux liens entre société et environnement, la Biosphère rapproche l’humain de la nature, tout comme le font les autres musées d’Espace pour la vie. Nous sommes emballé.e.s à l’idée de poursuivre la mission de la Biosphère en travaillant à sensibiliser le public aux enjeux environnementaux et à mobiliser les citoyen.ne.s autour de ces enjeux », a expliqué Julie Jodoin, directrice par intérim d’Espace pour la vie.

« Pour atteindre ses engagements environnementaux, Montréal a adopté un Plan climat qui contient des mesures concrètes pour mobiliser la population montréalaise. À Espace pour la vie, la Biosphère pourra accroître son impact dans la transition écologique tout en poursuivant une mission qui rejoint directement les priorités de notre administration. Pour célébrer son ouverture et inviter un maximum de personnes à redécouvrir ce précieux musée, nous sommes très heureux d’ouvrir gratuitement les portes du 13 au 15 août », a précisé la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

« La Biosphère est une institution importante qui permet de sensibiliser ses visiteurs et visiteuses à l’importance de protéger l’environnement et de lutter contre les changements climatiques. Sa mission, soutenue par les trois paliers de gouvernement, est directement liée aux enjeux environnementaux de l’heure. La réouverture du musée est une excellente nouvelle pour les Canadien.ne.s et les générations futures qui profiteront des expositions exceptionnelles offertes, visant à promouvoir une planète saine », a écrit l’honorable Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique.

«Les changements climatiques sont l’enjeu du siècle, et nous avons un plan pour les affronter et atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Pour le réaliser, nous allons collaborer avec nos partenaires à Québec et à Montréal, comme nous le faisons aujourd’hui. En investissant ensemble dans la Biosphère, nous assurons un avenir prometteur au seul musée de l’environnement en Amérique du Nord. Nous permettons aussi à une nouvelle génération de mieux comprendre notre environnement, la biodiversité et les changements climatiques », a déclaré l’honorable Pablo Rodriguez, leader du gouvernement à la Chambre des communes.

« Le musée de la Biosphère contribue à mobiliser les Québécoises et les Québécois en faveur de la lutte contre les changements climatiques et de la protection de l’environnement. Pour cette raison, le Budget 2021-2022 du Québec prévoit une somme de 15 M$ sur cinq ans afin d’en assurer la survie. C’est donc avec plaisir que je vois s’ouvrir à nouveau au public cette institution culturelle et scientifique d’envergure. J’espère que la population de Montréal et d’ailleurs au Québec viendra la visiter en grand nombre. En mon nom et au nom du ministre Benoit Charette, je souhaite bon succès à Espace pour la vie pour cette réouverture ! », a exprimé l’adjoint parlementaire du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (volet lutte contre les changements climatiques) et député de Bourget, M. Richard Campeau.

Redécouvrez votre Biosphère !

« La Biosphère est un espace muséal unique sur le site enchanteur du parc Jean-Drapeau qui offre des expositions inspirantes alliant la rigueur de la science à l’élan novateur de la culture, le tout au service de l’environnement. Trois nouvelles expositions sont à découvrir, n’ayant pu être présentées au public en raison de la pandémie, précise la nouvelle directrice de la Biosphère Isabelle St-Germain qui ajoute : L’expérience proposée invite au dialogue entre science, culture, innovation sociale et environnement. »

Exposition Couleurs du mondeCouleurs du monde – NOUVEAU
Tel un kaléidoscope géant, l’exposition extérieure de 50 photos issues de la collection du National Geographic met en évidence le rôle unique des couleurs en photographie et célèbre la diversité de notre planète!

Espèces sans frontièresEspèces sans frontières – NOUVEAU
Le Canada et les États-Unis partagent la frontière la plus longue du monde et des habitats essentiels pour la faune sauvage qui l’habite. A travers les photos de certaines espèces animales qui y vivent, on découvre comment les deux pays collaborent pour les protéger.

Écolab / Laboratoire pour scientifiques en herbeÉcolab / Laboratoire pour scientifiques en herbe – NOUVEAU
On y devient chercheur et chercheuse d’un jour en mettant à l’épreuve nos hypothèses quant à la pollution de l’air et de l’eau. Une exposition interactive pour comprendre la méthode scientifique.

Façonner l’avenir
Une projection immersive et multisensorielle sur 360 degrés qui nous plonge dans des moments vécus en nature et des projets de recherche qu’elle influence. Une production inspirée par Richard Buckminster Fuller, le concepteur du dôme abritant le musée.

Accès gratuit à la Biosphère
les 13, 14 et 15 août
Réservez vos billets en ligne
espacepourlavie.ca/biosphere

Utopia
Soirée éphémère à la Biosphère
Le 13 août, dès 19 h
Places limitées, réservez vos billets :
Soirée Utopia

Les gouvernements du Québec et du Canada et la Ville de Montréal s’unissent pour l’environnement
Rappelons que le 12 avril dernier, les opérations de la Biosphère ont été intégrées à celles du complexe muséal d’Espace pour la vie, permettant à la Ville de Montréal d’accroître la portée d’acteurs clés dans son plan de transition écologique. Le gouvernement fédéral, le gouvernement provincial et la Ville de Montréal ont également annoncé qu’une somme de 45 millions de dollars sur cinq ans serait prévue pour assurer la pérennité de la Biosphère.

À propos d’Espace pour la vie
Espace pour la vie regroupe le Biodôme, la Biosphère, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium Rio Tinto Alcan. Ces cinq institutions prestigieuses de la Ville de Montréal forment le plus important complexe en sciences de la nature au Canada. Ensemble, elles amorcent un mouvement audacieux, créatif et urbain, où se repense le lien entre l’humain et la nature, et où se cultive une nouvelle façon de vivre.

À propos du Plan climat
Face à l’urgence climatique, la Ville de Montréal a pris l’engagement de réduire ses émissions de gaz à effet de serre pour devenir carboneutre d’ici 2050. Pour atteindre cet engagement, Montréal a adopté un Plan climat qui contient 46 mesures qui vont permettre de mobiliser la population montréalaise, d’accélérer l’adoption de modes de transport plus durables, de réduire l’utilisation des énergies fossiles dans les bâtiments, de verdir nos milieux de vie et de réduire le gaspillage alimentaire. Pour en savoir plus, consultez le plan stratégique Plan climat.

Au sujet de la Fondation Espace pour la vie
La Fondation Espace pour la vie contribue au développement philanthropique d’Espace pour la vie pour soutenir les missions scientifiques, éducatives, culturelles, sociales et artistiques de ses cinq institutions : le Biodôme, la Biosphère, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium Rio Tinto Alcan. Ses valeurs se fondent sur le respect de la biodiversité et l’appréciation des sciences et des arts pour rapprocher l’humain de la nature.


Source et renseignements sur Espace pour la vie :
Chantal Côté
Espace pour la vie
514 290-7236
chantal.cote4@montreal.ca

Anne Bourgoin
Espace pour la vie
438 346-0542
anne.bourgoin@montreal.ca

Pour les médias – Entrevue et visite libre de la Biosphère sur rendez-vous seulement, contactez :
Diep Truong
Exergue Communications
514 524-7348
diep@exergue.ca


Voici quelques-unes des retombées médias obtenues par Exergue:

12/08/2021
La Biosphère rouvre ses portes
Rosanna Tiranti
Journal Métro
13/08/2021
LA BIOSPHÈRE ROUVRE SES PORTES ET SE JOINT À ESPACE POUR LA VIE
Marie Tison
La Presse+
13/08/2021
Le 15-18 (16h13)
Culture avec Stéphanie Gagnon : Réouverture de la Biosphère
Radio-Canada
13/08/2021
Noovo Le Fil 22 (à 11:30 dans la vidéo)
Noovo
15/08/2021
Montréal Biosphère has officially reopened
The Suburban
16/08/2021
The Biosphere has reopened its doors
Montréal Times
26/08/2021
La Biosphère est ouverte: voici 3 expos à découvrir
Maude Carrier
Noovo Moi

Repenser la philanthropie culturelle en misant sur les liens de proximité

Les organisations artistiques montréalaises devraient se tourner davantage vers les citoyens proches de leur mission pour bâtir une communauté de donateurs. C’est une des principales recommandations d’une étude lancée le 29 septembre 2020 par le Conseil des arts de Montréal (CAM) et HEC Montréal. Exprimant la voix du milieu artistique, l’étude Repenser la philanthropie culturelle à Montréal : les relations et la communauté propose de faire évoluer les pratiques du milieu vers une culture philanthropique de proximité. Cette approche trouve une résonance toute particulière avec la crise actuelle qui est révélatrice du profond attachement des spectateurs envers les organisations artistiques.

Pour une philanthropie de proximité
Nombreux sont ceux qui considèrent que les activités-bénéfice sont une pratique incontournable pour la collecte de fonds à Montréal. Cependant, ces activités comportent un risque financier et peuvent être une source d’épuisement pour les organisations.

L’étude, dirigée par Wendy Reid, professeure en management à HEC Montréal, suggère une évolution du modèle philanthropique vers une approche qui permet de nouer des relations durables avec les citoyens montréalais : la philanthropie de proximité. Sont visés les donateurs qui sont proches de l’organisation, la connaissent et sont attachés à sa mission. Pour parvenir à cette philanthropie de proximité, les organisations doivent impliquer à la fois leur personnel, les membres de leur conseil d’administration, les artistes, les travailleurs culturels, les abonnés, les membres et les visiteurs.

Selon la chercheuse, les grandes organisations artistiques qui comptent de nombreux membres ou abonnés ont un rôle de leadership à jouer pour changer la culture philanthropique. « Tout comme le font l’Opéra de Montréal et le Musée d’art contemporain de Montréal, il s’agit de façonner la culture organisationnelle de manière à ce que les demandes de dons soient liées à la pratique et à la mission artistiques », a-t-elle expliqué. D’autres organisations plus petites comme Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata ou Je suis Julio, à défaut de membres ou d’abonnés, engagent avec succès leur entourage dans leur communauté de donateurs. Certains parlent de « philanthropie de village » pour qualifier cette approche.

Diversifier les sources de financement et développer les compétences « Pendant les premiers mois de la pandémie, nous avons constaté qu’un nombre grandissant de spectateurs étaient prêts à s’engager auprès des organismes artistiques montréalais. Par exemple, plusieurs ont transformé l’achat de leurs billets en don et d’autres ont répondu aux campagnes de dons liées à la COVID-19. Nous sommes convaincus que la philanthropie de proximité peut permettre aux organisations artistiques montréalaises de diversifier leurs sources de financement en augmentant la proportion de dons citoyens », a souligné Wendy Reid.

Depuis plus de dix ans, le Conseil des arts de Montréal travaille au développement et à la professionnalisation d’une culture philanthropique au bénéfice des arts. « Nous allons poursuivre nos initiatives d’accompagnement et nos partenariats pour renforcer le développement des connaissances et des compétences en collecte de fonds. Ces actions structurantes contribueront à renforcer la philanthropie de proximité et à pérenniser les projets et emplois du milieu », a affirmé la directrice générale du Conseil des arts, Nathalie Maillé.

Cinq recommandations phares
Pour que les organisations artistiques accélèrent l’implantation d’une culture philanthropique de proximité, le rapport priorise cinq actions clés :

  1. Cultiver activement des relations avec des particuliers qui sont proches de la pratique artistique et de la mission organisationnelle pour voir apparaître des donateurs et des membres de conseils d’administration engagés.
  2. Réduire sa dépendance à la culture de réseautage du monde des affaires et aux risques financiers associés aux activités-bénéfice.
  3. Attirer des dons de travailleurs culturels et d’artistes, particulièrement de ceux qui veulent redonner à la communauté artistique.
  4. Former les professionnels du milieu artistique à la philanthropie pour assurer un dévouement et l’intégration au sein des organisations d’une culture philanthropique fière de la pratique artistique.
  5. Gérer des bases de données qui soutiennent la relation clientèle et qui incluent la philanthropie et les ventes de billets d’une manière intégrée.

Largement qualitative, l’étude se base sur plus de 50 études de cas et environ 100 entrevues auprès d’organisations du milieu, de tailles et de disciplines variées, ainsi que l’analyse d’études en philanthropie et de données de l’Agence de revenu du Canada, de Revenu Québec et du Conseil des arts de Montréal. L’étude complète est disponible ici.

À propos du Conseil des arts de Montréal
Partenaire dynamique de la création artistique professionnelle montréalaise, le Conseil des arts de Montréal repère, accompagne, soutient et reconnaît l’excellence dans la création, la production et la diffusion artistiques. Il encourage l’ouverture, la découverte et l’audace au cœur du paysage artistique montréalais. Depuis 1956, le Conseil des arts de Montréal contribue par ses actions structurantes au développement de « Montréal, métropole culturelle ».

À propos de HEC Montréal
École de gestion de renommée internationale, HEC Montréal accueille 14 000 étudiants et forme chaque année plus de 7 000 cadres et dirigeants. Détentrice de plusieurs agréments, l’École offre plus de 100 programmes d’études de tous les cycles universitaires. Elle compte parmi les écoles de gestion les plus actives en recherche au Canada grâce à 23 unités de recherche et de transfert et 31 chaires de recherche, dont 7 chaires de recherche du Canada et 1 chaire industrielle. Forte de ses 293 professeurs et membres de son corps professoral, HEC Montréal offre un enseignement multilingue et attire des étudiants de 156 pays. Depuis sa fondation en 1907, HEC Montréal a formé plus de 91 000 diplômés dans tous les domaines de la gestion.


Exergue s’est occupée des relations médias à l’occasion de la sortie de cette étude. De nombreux porte-parole, dont Wendy Reid (HEC Montréal) et Julien Valmary (Conseil des arts de Montréal), ont réalisé des entrevues. Voici quelques-unes des retombées obtenues:

 

 

 

 

 

Entente historique du Conseil des arts de Montréal avec huit grandes institutions

Le Conseil des arts de Montréal a annoncé le 12 février dernier la signature d’une entente historique avec huit grandes institutions culturelles montréalaises. Cette entente vise à stimuler le partage d’expertise au bénéfice de l’ensemble du milieu artistique montréalais.

À l’invitation du Conseil, les institutions suivantes ont accepté de mettre leurs ressources, expertises ou réseaux à la disposition de la communauté artistique afin d’imaginer de nouveaux projets.

  • La Cinémathèque québécoise– Comment rendre les contenus culturels québécois francophones plus accessibles sur le Web ?

L’initiative : La Cinémathèque partagera son expertise dans le domaine du Web sémantique et des données ouvertes pour aider les artistes québécois à être plus facilement repérables sur le Web. Elle mobilisera également les citoyens et organismes afin de créer des projets innovants à partir de données ouvertes.

  • Les Grands Ballets Canadiens – Comment faire bénéficier les artistes des espaces de l’Édifice Wilder ?

L’initiative : Les Grands Ballets accueilleront des chorégraphes, collectifs et organismes de création-production en résidence.

  • Musée des beaux-arts de Montréal– Comment favoriser l’inclusion et une représentation équitable des diverses cultures ?

L’initiative : Le MBAM partagera sa vision humaniste à l’occasion du TEDxMontréal « Diversité, la richesse qui nous unit » (18 février) et par le biais du projet de recherche « Repenser le Musée ».

  • Musée McCord– Comment sensibiliser aux réalités et enjeux autochtones et renforcer les liens avec les créateurs autochtones?

L’initiative : Le musée proposera un atelier de cocréation pour les publics scolaires avec le cinéaste innu Donavan Vollant et Wapikoni mobile. Il offrira aussi une session de partage des bonnes pratiques liées à une démarche d’autochtonisation et de sensibilisation aux réalités et enjeux autochtones.

  • Opéra de Montréal– Comment favoriser l’accessibilité aux arts et à la culture aux publics sous-représentés, dont les groupes marginalisés ?

L’initiative : L’Opéra de Montréal a filmé toutes les étapes du projet de cocréation de l’opéra Carmen avec la Gang à Rambrou, composée d’adultes ayant un handicap intellectuel ou un trouble du spectre de l’autisme. Les capsules vidéos serviront d’outils-guides à l’ensemble de la communauté.

Opéra Carmen, un projet de l'Opéra de Montréal réalisé avec la Gang à Rambrou (crédit photo: Mikaël Theimer)
Opéra Carmen, un projet de l’Opéra de Montréal réalisé avec la Gang à Rambrou (crédit photo: Mikaël Theimer)
  • Orchestre Métropolitain– Comment mieux soutenir la présence des artistes dans les quartiers et favoriser la diffusion locale ?

L’initiative : L’OM mettra en place des initiatives de médiation culturelle dans les arrondissements de Montréal, en marge de ses concerts (ex. : tribune pour les jeunes musiciens, classes de maîtres, etc.). Il conclura aussi des partenariats avec des organismes communautaires, des écoles et des lieux culturels.

  • Orchestre symphonique de Montréal– Comment développer une culture philanthropique forte ?

L’initiative : L’OSM organisera un événement de discussion avec une soixantaine d’organismes culturels afin de mettre en commun les apprentissages en philanthropie, avec la participation de membres de sa direction et de son conseil d’administration.

  • Théâtre du Nouveau Monde – Comment atteindre une plus grande équité intergénérationnelle et appuyer la transmission des savoirs ?

L’initiative : Le TNM intégrera une troupe en résidence et proposera des ateliers de jeu impliquant des comédiens d’expérience et des artistes émergents. Il organisera aussi des entretiens et des tables rondes sur l’équité intergénérationnelle, disponibles en baladodiffusion.

Nathalie Maillé, directrice générale du Conseil des arts de Montréal (crédit photo: Nathalie Saint-Pierre)
Nathalie Maillé, directrice générale du Conseil des arts de Montréal (crédit photo: Nathalie Saint-Pierre)

« Il s’agit d’une avancée historique : en plus de 60 ans, c’est la première fois que les grandes institutions, la communauté artistique et le Conseil des arts de Montréal décident de collaborer étroitement pour créer des projets au bénéfice de la collectivité, explique Nathalie Maillé, directrice générale du Conseil des arts de Montréal. Ces projets contribueront à l’avancement des grands enjeux liés aux priorités du milieu culturel en matière d’inclusion, de rayonnement et d’innovation. »

Les projets se dérouleront au cours de l’année 2020.

À propos du Conseil des arts de Montréal
Partenaire dynamique de la création artistique professionnelle montréalaise, le Conseil des arts de Montréal repère, accompagne, soutient et reconnaît l’excellence dans la création, la production et la diffusion artistiques. Il encourage l’ouverture, la découverte et l’audace au cœur du paysage artistique montréalais. Depuis 1956, le Conseil des arts de Montréal contribue par ses actions structurantes au développement de « Montréal, métropole culturelle ».


Source :
Conseil des arts de Montréal

Renseignements pour les médias:
Exergue Communications
514 524-7348