Plus que jamais unis autour des quartiers montréalais

Montréal, le 27 avril 2022 — Huit fondations philanthropiques, ainsi que la Coalition montréalaise des Tables de quartier (CMTQ), la Ville de Montréal et la Direction régionale de santé publique s’unissent à Centraide du Grand Montréal pour lancer la deuxième phase du Projet impact collectif (PIC). Cette nouvelle phase permettra d’étendre ce projet novateur pour réduire la pauvreté et l’exclusion sociale à l’ensemble des quartiers de l’île de Montréal. Le projet est rendu possible grâce à un soutien financier supplémentaire de 21,5 M$ sur cinq ans provenant de la Fondation Lucie et André Chagnon, la Fondation Marcelle et Jean Coutu, la Fondation du Grand Montréal, la Fondation McConnell, la Fondation Molson, la Fondation de la famille Pathy, la Fondation Peacock et la Fondation Mirella et Lino Saputo.

Cette deuxième phase du PIC permettra de poursuivre les efforts déjà en cours dans 17 quartiers et de déployer le projet dans 15 nouveaux quartiers. Les 32 quartiers montréalais sont invités à participer à cette initiative de transformation sociale à grande échelle qui réunit des partenaires des milieux communautaire, institutionnel et philanthropique.

Le Projet impact collectif mobilise les ressources pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale dans les différents territoires de l’île de Montréal selon les besoins déterminés par les communautés.

« L’approche du PIC a fait ses preuves pour créer un impact durable dans nos communautés. Elle rejoint ma conviction profonde de l’importance de pousser encore plus loin la collaboration. C’est avec enthousiasme que Centraide, grâce à l’engagement de ses partenaires, lance cette deuxième phase à titre d’opérateur du projet. Cette nouvelle étape représente une formidable occasion de donner un élan à la lutte contre la pauvreté dans nos quartiers, surtout dans un contexte post-pandémique qui a exacerbé les inégalités », précise Claude Pinard, président et directeur général de Centraide du Grand Montréal.

(Crédit photo: Jean-Marc Abela)

L’île de Montréal compte 400 000 personnes en situation de pauvreté. Un Québécois à faible revenu sur trois y réside. Un enfant montréalais sur quatre vit dans une famille confrontée à la pauvreté. L’inflation actuelle entraîne des conséquences directes sur un nombre important de Montréalais qui peinent déjà à subvenir à leurs besoins essentiels, comme se loger et se nourrir. « Face à la pauvreté, le PIC propose un changement d’approche. Ce sont les citoyens et les organismes communautaires dans les quartiers qui ont le leadership et qui identifient leurs priorités. Le but est de s’attaquer aux causes de la pauvreté, et non seulement à ses effets. C’est une petite révolution qui est en train de s’opérer à Montréal et plusieurs villes se disent inspirées par notre travail », souligne Rotem Ayalon, directrice adjointe du PIC.

Une des particularités du PIC est qu’il repose sur les instances de concertation existantes et ancrées dans les communautés que sont les tables de quartier. Il renforce la collaboration au sein des différents territoires montréalais afin d’améliorer les conditions de vie, comme l’accès au logement et à l’alimentation.

« Dans Ville-Émard/Côte-Saint-Paul, les organismes communautaires membres de la concertation et des citoyens ont décidé de prioriser l’autonomie alimentaire. En tant que chantier collectif, le PIC a ainsi permis de mobiliser les acteurs du milieu autour du déploiement d’un système alimentaire local », explique Assia Kada, coordonnatrice générale de Concertation Ville-Émard/Côte-St-Paul et membre du comité de partenaires du PIC.

Le grand nombre d’initiatives qui pourront être déployées à Montréal grâce à la deuxième phase du projet constituent un levier très prometteur pour élargir et approfondir les effets de l’action collective de lutte contre la pauvreté et de l’exclusion sociale à l’échelle régionale.

Le PDG de Centraide du Grand Montréal, Claude Pinard, en entrevue avec Global (crédit photo: Jean-Marc Abela)

Faits saillants du PIC :

À propos de Centraide du Grand Montréal
Centraide du Grand Montréal intervient sur le territoire de Laval, de Montréal et de la Rive-Sud. Il soutient annuellement, sur une base régulière, un réseau de 350 organismes et projets collectifs. Centraide reçoit l’appui d’entreprises, d’institutions privées, publiques et parapubliques et de grandes organisations syndicales. Les fonds recueillis sont investis localement pour briser le cycle de la pauvreté et de l’exclusion sociale.

À propos du Projet impact collectif (PIC)
Depuis 2015, Centraide du Grand Montréal coordonne le Projet impact collectif (PIC). Ce projet rassemble des partenaires institutionnels, communautaires et philanthropiques autour d’une vision commune de transformation du soutien aux actions collectives locales de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Partant des besoins des collectivités, les parties prenantes déterminent ensemble des changements visés dans chaque quartier. L’impact collectif est une approche de travail collaboratif et intersectoriel pour résoudre un enjeu social spécifique, qui a été systématisée en 2011 à partir de plusieurs expériences nord-américaines.

Renseignements pour les médias :
Exergue Communications
514 524-7348


Pour en savoir plus, consultez  des articles et des reportages obtenus par Exergue dans le cadre de ce lancement.

Sophie Brochu, Sheila Twinkle Rudberg et quatre organisations exceptionnelles remportent une Médaille de la paix

Isabelle Racicot animait le gala des Médailles de la paix 2018.

La prestigieuse Médaille de la paix a été remise, le 10 octobre dernier, à des personnes et des organisations ayant contribué à faire du Québec un endroit plus pacifique. Cet honneur leur a été décerné lors d’un souper-gala présenté par Desjardins et réunissant quelque 400 convives au Grand Quai du Port de Montréal. Animée par Isabelle Racicot, la soirée a permis de rendre hommage aux lauréats suivants :

Lauréate honoraire – Sophie Brochu
Présidente et chef de la direction d’Énergir, Sophie Brochu reconnue pour son engagement auprès des jeunes. En plus de s’impliquer activement à Centraide du Grand Montréal, elle préside le conseil d’administration de la Fondation Forces Avenir, un organisme qui encourage et célèbre l’engagement étudiant dans la communauté. Elle est également cofondatrice de La ruelle de l’avenir, un organisme qui lutte contre le décrochage scolaire dans les quartiers Centre-Sud et Hochelaga.

Jeune pacificateur(trice) – Comité Empreinte de l’école secondaire Rive-Nord
Mis sur pied par des élèves de l’école secondaire Rive-Nord, le projet Empreintes a permis d’établir une culture scolaire plus inclusive et respectueuse. Les élèves ont réalisé trois campagnes de sensibilisation: #OnEstTousRive-Nord pour réduire les tensions et l’intimidation entre les différents programmes de l’école; Pourquoi un Mois de l’histoire des Noirs au Québec pour attirer l’attention sur l’importance et la raison d’être du Mois de l’histoire des Noirs au Québec et Non au « blackface » pour sensibiliser leurs pairs et le personnel scolaire à l’appropriation culturelle.

Individu pour la paix – Sheila Twinkle Rudberg
L’histoire de paix de Sheila « Twinkle » Rudberg a commencé en 1993, à la suite de l’assassinat de son conjoint par un adolescent. C’est sa forte conviction que l’adolescent agresseur était lui-même victime de violence qui a fait naître Projet LOVE. Grâce à des programmes à l’école et après l’école, Projet LOVE a pour mission de mettre fin au cycle de la violence dans la vie des jeunes tout en les inspirant à devenir des leaders en prévention dans leur communauté.

Organisme pour la paix – La maison de la Syrie
La maison de la Syrie est une plateforme multiformes (web, évènements, rencontres, ateliers, festival, etc.) destinée à réunir les Syriens autour d’un patrimoine culturel commun, tout en ouvrant portes et fenêtres aux personnes de toutes origines à le découvrir. Les objectifs de La maison de la Syrie sont de créer des ponts entre les cultures syriennes et québécoises, de faire connaître le patrimoine syrien, de proposer des solutions novatrices d’entraide, de propulser les créateurs québécois d’origine syrienne sur la scène locale et de rappeler que les réfugiés de la guerre syrienne sont d’abord et avant tout des êtres humains.

Initiative corporative pour la paix – TELUS Averti
TELUS Averti est un programme éducatif gratuit conçu pour assurer la sécurité des Canadiens dans le monde numérique. Ce programme comprend des ateliers interactifs et informatifs et des ressources pour aider les jeunes, les adultes et les personnes âgées à devenir des citoyens numériques exemplaires.

Coup de cœur – La Coalition féministe contre la violence envers les femmes (CFVF)
Créée en 2018, la Coalition féministe contre la violence envers les femmes s’inscrit dans la lignée du mouvement #MoiAussi. Elle rassemble une quinzaine d’organisations œuvrant contre la violence envers les femmes ou venant en aide aux femmes victimes de violence conjugale ou d’agression sexuelle. Le but de cette coalition est de remettre la lutte contre les violences faites aux femmes au centre des préoccupations de notre société. L’un des moyens préconisés est d’améliorer le système de justice pour qu’il réponde davantage aux besoins de toutes les femmes.

« Les Médailles de la paix du YMCA encouragent l’esprit de communauté et les gestes porteurs de paix. Depuis 1987, plus de 125 personnes et groupes d’un peu partout au Québec ont reçu une médaille. Tous ces artisans de la paix contribuent à bâtir une communauté forte et en santé en favorisant un sentiment d’appartenance, en promouvant l’empathie et en embrassant le pluralisme », a expliqué Stéphane Vaillancourt, président-directeur général des YMCA du Québec lors de la soirée.

Les bénéfices réalisés lors du souper-gala permettent aux jeunes des Zones jeunes du YMCA et de ses programmes de réussite scolaire de s’accomplir à l’école comme dans la vie.

 À propos des YMCA du Québec
Les YMCA du Québec sont un organisme de bienfaisance qui a pour mission de bâtir des communautés plus fortes en offrant des occasions d’épanouissement et de vie active, saine et engagée pour tous. Ses dix centres YMCA, son École internationale de langues, son École de ski, sa Résidence, son Camp YMCA Kanawana et ses 43 points de service à l’échelle de la province, sont fréquentés chaque année par plus de 125 000 personnes. Le premier YMCA d’Amérique du Nord a vu le jour à Montréal en novembre 1851. Les YMCA du Québec font partie d’un réseau canadien qui compte 49 associations YMCA. Pour de plus amples informations, visitez notre site Internet www.ymcaquebec.org, nos pages Facebook, facebook.com/ymcaquebec ou Twitter, twitter.com/YMCAquebec.

[Mandat de relations médias, conjointement avec Diane Jeannotte Communications]

Jardiner à l’ombre des grues

Mardis apiculture, mercredis agriculture, jeudis urbains et vendredis culturels : l’été sera fertile en découvertes au Virage – campus MIL !

Montréal, le 21 juin 2018 – Le site du campus MIL de l’Université de Montréal est présentement l’hôte de projets éphémères pour une quatrième saison. Formations, ateliers, cinéma en plein air, spectacles, conférences : les citoyens sont invités à plonger dans une programmation d’activités majoritairement gratuites qui allie culture, agriculture, science et citoyenneté.

Le Virage - campus MIL
Le Virage – campus MIL (crédit: Table Architecture)

Faits saillants de la programmation

  • Les mardis seront API (pour apiculture), avec des ateliers et formations animés par Miel Montréal sur la biologie de l’abeille, la pollinisation, la gestion d’un rucher, les plantes mellifères et la biodiversité en milieu urbain.
  • Les mercredis, les citoyens pourront participer à l’essor de l’agriculture urbaine à Montréal lors des Mercredis agro. Des séances de jardinage collectif, un marché public, des 5 à 7, des conférences et ateliers et du cinéma en plein air seront offerts.
  • Lors des Jeudis urbains, les participants seront invités à imaginer la ville sous toutes ses coutures. Au menu : rencontres, échanges, conférences et débats sur la ville dans une optique multidisciplinaire.
  • Les Vendredis culturels permettront aux Montréalais de vibrer tout l’été en plein cœur de la ville! De 16 h à 21 h, arts visuels, prestations musicales, théâtre et cinéma mettront en valeur la culture et la créativité montréalaise.
  • Plusieurs formations d’une journée touchant différents thèmes liés à l’agriculture, dont la permaculture, l’utilisation des plantes comme teinture végétale, le monde des insectes comestibles et la manière de transformer un jardin en une oasis pour les pollinisateurs, seront aussi offertes du 30 juin au 18 août.
  • L’exposition L’art d’imiter la nature de Moana Lebel (Institut de biomimétisme) poursuit sa tournée pancanadienne et se posera au Virage – campus MIL durant l’été. Les citoyens pourront découvrir des affiches qui démontrent le génie caché de la biodiversité. Ouvert les mercredis et jeudis de 16 h 30 à 19 h 30.
  • Le 11 août, les amateurs d’astronomie de tous âges sont invités à célébrer les 40 ans du célèbre observatoire du Mont Mégantic en participant à une pléiade d’activités cosmiques. Si le ciel le permet, il y aura observation des étoiles au son d’un quatuor à cordes.
  • La saison sera clôturée par la Fête des récoltes, le 22 septembre.
Alexandre Beaudoin, conseiller en biodiversité, Université de Montréal
Alexandre Beaudoin, conseiller en biodiversité, Université de Montréal

« Ce que j’aime des activités au Virage – campus MIL? Elles mettent la participation citoyenne au cœur de la démarche en donnant la possibilité d’acquérir des outils pour devenir un acteur de changement et permettent d’aborder la question environnementale d’une façon éducative », lance Alexandre Beaudoin, porte-parole des activités, passionné d’apiculture urbaine et conseiller en biodiversité à l’Université de Montréal.

La saison a été lancée le mercredi 20 juin lors d’un 5 à 7 animé par l’artiste Ramon Chicharron et son groupe, ainsi que Enklab AV, le projet du DJ Daniel Rodríguez. Ce lancement a également été l’occasion d’inaugurer le nouveau module du Virage – campus MIL qui pourra accueillir jusqu’à 200 personnes pour des activités à l’abri ou en plein air.

Virage – campus MIL
6700, av. Durocher
L’accès se fait à l’intersection des avenues Atlantic et Durocher.

Itinéraire et carte

Page Facebook du Virage – campus MIL


Source :
Université de Montréal – campus MIL

Renseignements médias :
Exergue Communications, 514 524-7348